Alignement pour PRPG : Différence entre versions

De Le monde de Niil - Wiki
 
(Aucune différence)

Version actuelle en date du 6 août 2012 à 15:09

Une des caractéristiques de l'univers de Niil est qu'il n'est pas manichéen. Par exemple, les chevaliers du Bien suprême exterminent leurs ennemis au nom du Bien, un assassin pourrait bien chercher la rédemption et les nains suivent une doctrine militariste. L'alignement, et en particulier l'axe Bien/Mal, devient dans ces conditions un frein dans l'interprétation des personnages. Mais il ne peut que difficilement être supprimé, tant le nombre de règles qui y font appel sont nombreuses. Il est pourtant possible de se débarrasser du problème en suivant les quelques conseils suivants.

Sur Niil, l'alignement des mortels doit être vu comme une vague ligne de conduite, une tendance. Un prêtre de Borarus pourra se livrer à la torture s'il pense que cela lui permettra de faire avancer sa cause et un soldat laaran pourrait bien décider dans un élan de générosité d'épargner de pauvres enfants.

En pratique, le maître de jeu ne doit que peu se préoccuper des alignements de ses PJ. Si l'un d'entre eux habituellement généreux et altruiste décide sous l'effet de la colère d'abattre froidement son ennemi, rien ne devrait l'en empêcher. C'est ainsi que les personnages deviendront intéressants et complexes et l'histoire n'en sera qu'enrichie.

En ce qui concerne les sorts et pouvoirs magiques liés à l'alignement de la cible, comme le châtiment du paladin et les sorts de détection du Mal, le maître de jeu doit privilégier une approche plus subjective. Un chevalier du Bien suprême, endoctriné par le clergé de Borarus, qui affronte un orque chaotique neutre devrait pouvoir le châtier.